L’histoire de la réflexologie

Le réflexologue travaille en stimulant ou en apaisant des zones réflexes principalement situées sous la voûte plantaire.
En réaction aux stimulis déclenchés par l’action du réflexologue, l’influx nerveux voyage le long de la colonne vertébrale par la moelle épinière jusqu’au cerveau qui, à son tour, distribue l’information aux organes, parties du corps ou glandes endocrines correspondant aux zones réflexes stimulées.

Diverses techniques relatives aux soins des pieds semblent avoir été pratiquées au cours de différentes cultures de l’Histoire ancienne.
La théorie la plus répandue voudrait que la réflexologie soit née en Chine il y a plus de 5000 ans.
On trouve également des traces de cette technique dans les civilisations égyptiennes et babyloniennes, tel qu’en atteste ce pictogramme datant d’entre 2500 à 2330 avant J-C et retrouvé dans la tombe d’un médecin égyptien.

Selon une autre hypothèse, la thérapie des zones réflexes aurait également sa source dans la culture Incas. Ceci est aujourd’hui impossible à prouver, toutefois cette méthode thérapeutique fut longtemps et est encore aujourd’hui pratiquée par les indiens d’Amérique du Nord comme un art curatif majeur, permettant de maintenir l’équilibre mental, physique et spirituel.
Notre civilisation occidentale s’y intéressera à la fin du XIXème siècle et au début du XXème, par le biais d’observations et de recherches imputables aux docteurs Fitzgerald, Bowers et Riley, tous trois de nationalité américaine. C’est finalement Eunice Ingham, assistante du Dr Riley, qui établit une cartographie des pieds en correspondance avec l’intégralité du corps. Elle est considérée aujourd’hui comme la mère de la réflexologie moderne.

img01

Pictogramme égyptien sur le réflexologie